09 67 50 90 79 du lundi au vendredi de 9h à 12h45 et de 13h30 à 16h30

Déchets électroniques : une pollution record en 2016

banniere-actualite-e-dechets-trade-discount-2

Le dernier rapport de l’Union Nationale des télécoms associé à l’UNU (United Nations University) et à l’ISWA, intitulé « The Global E-waste Monitor » dresse un constat alarmant sur nos déchets électroniques. En 2016, l’humanité a produit quasiment 45 millions de tonnes (MT) d’ «e-déchets », un chiffre en augmentation de 8% par rapport à 2014.

Seulement 20% recyclés

Environ 66% de la population mondiale est régie par des lois concernant le recyclage des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), une progression appréciable par rapport à 2014 où seulement 44% étaient concernés. Cette évolution montre une prise de conscience certaine et des efforts pris dans le sens du développement durable.

Cependant, 20% de ces déchets seulement, sont recyclés de manière « traçable » c’est-à-dire par des canaux suivis, 4% sont des déchets résiduels non recyclables. Les 76% restant (ce qui représente tout de même 34.1 million de tonnes) sont intraçables, et sont à priori jetés, échangés ou réutilisés d’une manière ou d’une autre. La plupart finissent généralement dans des décharges à ciel ouvert ou enfouis sous terre, avec les conséquences que cela peut amener…

Global-ewaste-monitor-2017E-déchets produits - Global E-waste Monitor 2017 - p5

Des « e-déchets » en constante augmentation

Les « e-waste » ne sont pas près de diminuer, en raison de l’activité humaine qui tend vers une utilisation de plus en plus intensive des appareils électriques et électroniques. La robotisation, les smartphones, ordinateurs, télévision… autant de technologies en développement constant qui contribueront, à terme, à l’augmentation des « e-déchets ».

Une ressource précieuse

Les déchets électroniques sont loin d’être sans valeur, le rapport pointe un gaspillage monumental avec un chiffre de matériaux bruts estimés à 55 milliards d’euros. Une perte énorme qui pourtant représente un gain économique potentiel non négligeable, tout en étant une action de développement durable.

Agir au plus vite

Améliorer notre score de recyclage n’est pas si compliqué, sans pour autant se passer totalement des appareils électroniques, il faut adopter un comportement légèrement différent. Actuellement, l’Europe est le meilleur élève en collecte de déchets (35%) mais nous sommes aussi parmi les plus gros consommateurs. Le rapport propose quelques solutions simples :

  1. Améliorer le design des appareils en les rendant plus faciles à réparer, plus modulables et plus simples à recycler
  2. Utiliser ses appareils électroniques le plus longtemps possible
  3. Améliorer les processus de collecte, traitement et recyclage

Bien entendu, ces actions passent principalement par une volonté solide du consommateur à choisir des produits durables (professionnels ou faciles à réparer) et ne pas acheter le dernier smartphone tous les ans dans la pure tradition consumériste. Éviter d'encourager ce type de pratique et se tourner vers le marché de l’occasion ou les produits reconditionnés.

Bien pour votre portefeuille, bien pour la planète et un geste hautement symbolique contre le gaspillage à outrance.

Nous vous invitons à consulter le rapport (en anglais) sur le site de l'ITU