09 67 50 90 79 du lundi au vendredi de 9h à 12h45 et de 13h30 à 16h30

Une flotte de 94 paquebots émet plus d’oxyde de soufre que la totalité des voitures européennes

L’association Transport & Environment a établi un rapport accablant sur une pollution trop souvent passé au second plan, celle des paquebots de croisière. D'Immenses immeubles sur mer qui mettent en péril les côtes et métropoles de bord de mer en dégageant une pollution hallucinante, bien supérieure à celle de toutes les voitures du vieux continent.

Une catastrophe écologique et sanitaire

Si les sources de pollution ne manquent pas, certaines sont cependant montrées du doigt, quand d’autres sont passées sous silence. C’est le cas du transport maritime et notamment des croisières. Il y’a quelques jours de ça, l’ONG Transport & Environment a dressé un rapport alarmant sur les émissions d’oxydes de soufre.

Selon leur étude, ces 94 bateaux émettent à eux seuls une quantité d’oxyde de souffre 10 fois supérieure aux 260 millions de voitures européennes. Imaginez alors le résultat si nous prenions tous les paquebots actuellement en circulation… Nous ne préférons pas l’imaginer.

Le marché des croisières est en plein boom ces dernières années, poussé par une croissance d’environ 3%. De réelles questions sont à se poser, la méditerranée et ses villes côtières étouffent.

Il est important de savoir que par souci d’économie (encore une fois…), les paquebots de ce type utilisent un fioul de mauvaise qualité peu raffiné et donc extrêmement nocif. Leur machinerie fonctionne quasiment sans interruption pour alimenter tous les appareils. Ils sont par conséquent toujours en fonctionnement à quai en consommant environ 700 litres de fioul par heure !

Une législation à deux vitesses ?

Nous le savons tous plus ou moins, l’écologie est surtout une affaire de gros sous pour les politiciens. Comment ne pas s’agacer de voir ces énormes bateaux consommer des tonnes de fioul nocif, appuyé par une législation trop souple alors que dans un même temps, les automobilistes sont invités à faire des efforts énormes pour la santé de tous.

De gros progrès ont été fait en automobile, mais les « Gros poisson » passent eux toujours entre les mailles du filet, ces bateaux amènent des touristes mais détruisent aussi nos poumons… Le transport maritime serait ainsi responsable de plus de 60 000 décès chaque année à l’échelle européenne.

Des négociations ont été amorcées pour protéger les zones portuaires par l’instauration d’une SECA (Zone d’émission contrôlée), celle-ci limiterait le taux de souffre des carburants utilisés à 0.1% contre plus de 1% actuellement.

Cependant, certains pays notamment le Grèce s’opposent à cette mesure de peur de voir les retombées économiques s’envoler au loin… L’argent ou la santé ? Est-il vraiment nécessaire de poser la question ? Il semblerai que certains gouvernements aient fait leur choix.